aouziel

/aouziel

About aouziel

This author has not yet filled in any details.
So far aouziel has created 21 blog entries.

Les 5 lieux de cultes religieux à voir à Jérusalem

La Via Dolorosa est un des 5 lieux de cultes religieux à voir à JérusalemParmi les près de 5 millions de personnes qui visitent Israël chaque année, nombreux sont ceux qui viennent avant tout pour visiter Jérusalem et ses nombreux sites religieux. La ville Trois fois Sainte, comme on la surnomme à très juste titre, peut en effet s’enorgueillir d’abriter quelques-uns des plus hauts lieux saints des trois principales religions monothéistes. Et à défaut de pouvoir tous les visiter, voici 5 lieux de cultes religieux à voir à Jérusalem que nous jugeons incontournables.

1) L’Eglise du Saint-Sépulcre

C’est de loin, le site religieux qui attire le plus de visiteurs à Jérusalem. Située dans le quartier chrétien de la Vieille Ville de Jérusalem, l’Eglise du Saint-Sépulcre est considérée comme l’épicentre de la chrétienté et accueille ainsi chaque année, de très nombreux pèlerins, et ce, depuis plusieurs siècles. Selon la tradition, elle a été construite à l’emplacement où était situé le Golgotha (lieu où Jésus fut crucifié), ainsi que le Saint-Sépulcre (lieu où son corps fut déposé après sa mort).

C’est donc également ici qu’aurait eu lieu la résurrection. La rotonde de L’Anastasis, avec la pierre où le Christ fut déposé symbolise ce miracle. Durant votre visite de cette basilique, ne soyez pas surpris d’assister aux cultes de différentes confessions chrétiennes (catholiques, orthodoxes, arméniennes, etc.). C’est là, l’une des plus belles illustrations de la cohabitation pacifique inter-religieuse qui caractérise Jérusalem, notamment dans tous ses lieux saints.

2) Le Mur des Lamentations

Egalement appelé Kotel ou Mur occidental, le Mur des Lamentations est considéré par les juifs, comme le lieu le plus sacré car il est le lieu le plus proche du Saint des Saints (le Mont du Temple), haut lieu du Judaïsme. Situé dans le quartier juif de la Vieille Ville de Jérusalem, il s’agit de l’unique  vestige du second temple de Jérusalem, détruit au 1er siècle, lors de la guerre judéo-romaine.

Lieu de prière, le mur reçoit chaque jour des milliers de visiteurs qui viennent y déposer leurs vœux, inscrits sur des papiers et inséré dans entre les fissures des pierres. Longeant le Mur, se trouve un tunnel d’un peu moins de 500 mètres, creusé à plusieurs mètres sous terre que vous pourrez emprunter sous la conduite de l’un de nos guides spécialisés. Vous pourrez ainsi y admirer les fondements du site avant de retourner à la surface pour découvrir les autres vestiges de la ville hérodienne.

3) Le Mont du Temple et l’esplanade des Mosquées

Entre le Mur des Lamentations et le Mont du Temple, il n’y a qu’un pas. Le Mur servait en effet de soutènement au Temple de Jérusalem, lieu le plus sacré du judaïsme, qui était bâti sur ledit mont. Aujourd’hui, le site est principalement occupé par l’esplanade des Mosquées qui est notamment constituée de la Mosquée al-Aqsa (la plus grande de Jérusalem) et du somptueux Dôme du Rocher.

Ce qui fait du site, dans son ensemble, l’un des lieux saints majeurs du judaïsme, mais aussi de l’Islam. Vous ne pourrez malheureusement pas visiter l’intérieur de ces deux mosquées, mais vous pourrez tout de même admirer leur impressionnante architecture extérieure.

4) La Via Dolorosa

Signifiant littéralement « le chemin de la souffrance », la Via Dolorosa retrace le chemin de croix de Jésus avant sa crucifixion. Traversant la Vieille Ville de Jérusalem, à travers plusieurs ruelles et rues, ce parcours d’environ 500 mètres permet donc de revivre la passion du Christ, à travers 9 des 14 stations traditionnellement retenues par le christianisme, les 5 dernières étant situées à l’intérieur de l’Eglise du Saint-Sépulcre.

Les processions démarrent au niveau de la Basilique de l’Ecce Homo, bâti à l’emplacement de de l’ancien prétoire de Ponce Pilate. Au fil des stations, vous pourrez également découvrir la Chapelle de la flagellation, l’Eglise Sainte Véronique (bâtie en l’honneur de la femme qui essuya le visage du Christ), ainsi que la pierre  qui porterait l’empreinte de la main du Christ.

5) Eglise du Pater Noster

Dans Jérusalem-Est, sur le mont de l’Ascension, se dresse l’Eglise du Pater Noster. Construite sur une grotte dans laquelle Jésus aurait enseigné à ses disciples, la célèbre prière catholique, le « Notre Père », cette église a été construite initialement au IVème siècle. Détruite à plusieurs reprises, puis reconstruite en partie à l’identique, elle se visite à travers son atrium, son baptistère et, bien sûr, sa fameuse crypte. Vous pourrez notamment admirer les 62 panneaux en mosaïque sur lesquels est inscrite la prière, en 62 langues différentes.

Véritable vivier en sites religieux, Jérusalem vous réserve de nombreuses autres surprises pour nourrir votre foi au cours de votre séjour en Terre Sainte. Organisez donc dès maintenant votre Voyage en Israël avec nos guides pour en profiter pleinement et voir ces 5 lieux de cultes religieux à voir à Jérusalem parmi tant d’autres !

Les 5 choses à faire à Jérusalem

Vue du Mur des Lamentations et la mosquee d'OmarAvec ses nombreux sites spirituels, historiques, mais aussi culturels, Jérusalem offre aux millions de touristes qui la visitent chaque année, de nombreuses possibilités de visites et de découvertes. Afin de profiter pleinement de votre visite de la ville et en voir un maximum, il est donc important d’organiser votre parcours avant de venir.

Pour cela, chez Voyage en Israël, nous avons retenu pour vous les 5 choses à faire à Jérusalem pour un séjour réussi. Voici donc ce que nos guides vous recommandent :

1) La Vieille Ville de Jérusalem et ses 4 quartiers

C’est ici que se concentrent l’essentiel des principaux sites religieux de Jérusalem. Témoin de plusieurs siècles d’histoire et de luttes entre les différents groupes religieux pour le contrôle de la Terre Sainte, la Vieille Ville de Jérusalem réunit dans moins d’1 km² (0,86 km² plus précisément) une multitude de sites hautement symboliques pour les trois principales religions monothéistes. Entourés par les murailles de Jérusalem, ses 4 quartiers sont donc le premier point de chute des pèlerins chrétiens, juifs et musulmans du monde entier.

Dans le quartier chrétien, la Via Dolorosa et l’Eglise du Saint-Sépulcre permettent de revivre la passion du Christ jusqu’à son tombeau. Pour les fidèles musulmans, l’Esplanade des Mosquées permet d’admirer deux chefs-d’œuvre architecturaux et spirituels majeurs : le Dôme du Rocher et la Mosquée Al-Aqsa. Votre visite de la « Ville Trois Fois Sainte » peut se poursuivre arménien, avec la  découverte de la Tour de David, avant de vous rendre dans le quartier juif, devant le Mur des Lamentations.

2) Le Musée de la Shoah de Yad Vashem

Situé dans la forêt de Jérusalem, à plus de 800 mètres d’altitude sur le versant ouest du Mont Herzl, le mémorial de Yad Vashem rend hommage aux victimes du génocide juif perpétré par les nazis durant la seconde guerre mondiale. C’est un site chargé d’émotions composé de plusieurs bâtiments et de jardins extérieurs. Dès l’entrée, l’on est subjugué par le portail monumental qui rappelle les personnes qui étaient à l’entrée des camps de concentration. A l’intérieur, parmi les bâtiments à visiter absolument, il y a notamment l’impressionnant Hall des Noms, ainsi que le « bâtiment des justes ».

3) Bethléem, lieu de naissance de Jésus-Christ

Petite ville située à une dizaine de kilomètres au sud de Jérusalem, Bethléem est, elle aussi l’un des centres religieux majeurs d’Israël. Lieu de naissance de Jésus-Christ selon la tradition chrétienne, c’est également ici que naquit et fut couronné le roi David.

Le Tombeau de Rachel, épouse d’Isaac, fils d’Abraham est également situé dans la ville. Ce qui de Bethléem un lieu de pèlerinage majeur pour le judaïsme et le christianisme. Mais ce n’est pas tout, puisque la ville abrite également la Mosquée d’Omar, édifice musulman de première importance. Avec l’un de nos guides, vous pourrez visiter ces différents sites qui font parti des 5 choses à faire à Jérusalem.

4) Le Marché de Mahané Yehuda

Situé dans le quartier historique du même nom, le marché de Mahané Yehuda existe depuis la fin du XIXIème siècle. Ouvert tous les jours, c’est le lieu idéal pour acheter des produits frais locaux (fruits, légumes, viande, poisson, fromages, etc.), ainsi que des objets de culte artisanaux. Plusieurs restaurants ont permis d’attirer une clientèle plus jeune dans ce lieu plein de vie. De grands chefs viennent gouter la cuisine locale provenant de plusieurs cultures (marocaine, yemenite, tunisienne, polonaise, etc). Mêlez-vous à la foule des touristes et des locaux et vivez une expérience authentique.

5) Le musée d’Israël

Situé près de la Knesset et de la cour suprême, sur la colline de Guivat Ram est le musée national d’Israël. Constitué de 5 ailes divisées en plusieurs départements, ce musée encyclopédique abrite plus de 500 000 œuvres avec diverses expositions permanentes. Vous pourrez notamment admirer la maquette de Jérusalem à l’époque du Second Temple, le magnifique Jardin d’art Billy Rose, ainsi que les œuvres d’artistes de renommée comme Picasso, Rodin, Maillol ou encore Bourdelle.

De nombreux autres sites d’intérêt sont également à découvrir à Jérusalem. Pour vivre un séjour vraiment sur mesure, l’équipe de Voyage en Israël se tient à votre entière disposition.

Gay Pride 2019 Tel Aviv : ambiance et photos de cet événement magique

Slogan de la Gay Pride Tel Aviv 2019 est Love is loveLa Gay Pride a eu lieu vendredi 14 juin 2019 à Tel Aviv. Les drapeaux arc-en-ciel ont envahi les rues et pas moins de 250 000 personnes ont répondu présents pour assister à cet événement. Pas moins de 30000 touristes ont débarqué des 4 coins du monde. Voyage en Israel a participé à ce grand événement afin de partager avec vous cette journée dans la ville Gay-friendly.

A partir de 8h30 du matin, plusieurs artères et rues de Tel Aviv étaient fermées à la circulation. A compter de 10 heures du matin, les participants ont afflué sur le boulevard Ben Tsiyon à quelques mètres du Théâtre Abima. Les organisateurs se sont succédé les uns après les autres sur l’estrade pour prendre la parole. Une chorale, la chanteuse Dikla ainsi que la députée de gauche Shelly Yachimovich ont pris la parole. En l’espace d’une heure, toute l’artère était remplie de monde et ce jusqu’à la fin de la rue Bograshov.

Des ballons étaient sponsorisées et distribuées par Amdocs, des casquettes par la marque de vêtements Casto et l’ambiance était à la fête. Parents homosexuels, célibataires, couples mariées, hommes, femmes, enfants ont participé à cette marche avec pour maître mot : Tolérance. Nous avons pu voir énormément de couples mixtes avec enfants qui sont venus exprimer leur soutien à la communauté LGBT.

De 10 heures du matin jusqu’à tard dans la journée, une folle ambiance a émerveillé davantage la ville qui ne dort jamais. Nous avons pu rencontrer et discuter avec de nombreux touristes américains, japonais, français, argentins, hollandais, allemands et j’en passe qui ont été émerveillés par la beauté d’Israël.

“Israel, c’est pas comme ça que je voyais ce pays”

Nous avons pris de nombreuses photos de la Gay Pride de Tel Aviv que vous trouverez en bas de cette page. Les photos sont également accessible sur la page Facebook de Voyage en Israel ainsi que sur la page Instagram Holysrael. Nous avons pu échanger avec de nombreux touristes dont bon nombre mettait pour la première fois les pieds en Israel dont 2 groupes pour lequels nous avons organisé leurs séjours. Tous ont été très sensibles au fait que Tel Aviv est une ville ouverte qui accepte les homosexuels. Avec pour slogan “Love is Love”, pas de différence entre les hommes, femmes, homosexuels, transsexuels, juifs, musulmans, chretiens. Tout le monde est égal.

De nombreux participants nous ont déclaré qu’ils savaient que Tel Aviv était tolérante mais pas à ce point. L’image d’Israël était complètement différente de ce qu’ils voyaient à la télévision. Certains ont été impressionnés par l’organisation de l’Eurovision et ont décidé de découvrir Israel durant la Gay Pride. Le concours de chant européen a servi de support de communication pour les 200 millions de personnes qui étaient devant leur poste de télévision.

250000 personnes ont participé à la Gay Pride Tel Aviv 2019

Selon les organisateurs de la Gay Pride 2019 à Tel Aviv, pas moins de 250000 personnes ont défilé dans les rues de Tel Aviv. La sécurité était optimale pour un tel événement. En effet, hormis les agents de sécurité privé, la police, la police des frontières sans parler d’hélicoptères de la Police ainsi que des ballons équipés de caméras scrutaient les rues de Tel Aviv. Sécurité optimale pour la plus importante manifestation LGBT de Proche-Orient ! L’acteur américain Neil Patrick Harris a pris part à cet événement en tant qu’ambassadeur international de la Pride.Cet acteur est connu pour ses rôles dans les séries télévisées ” How I Met Your Mother ” et ” A Series of Unfortunate Events “. Peres de jumeaux, Neil Patrick Harris et son mari David Burtka mettaient pour la première fois de leur vie les pieds en terre Sainte.
Le défilé de Tel Aviv est un des 10 plus grands événements au monde pour la communauté LGBT.

La Marche de la Fierté à Tel Aviv s’est parfaitement bien passée avec aucun incident à déclarer. Une ambiance bon enfant comme vous pourrez le voir sur ces photos.

Découverte d’une boucle d’oreille de plus de 2000 ans à Jérusalem

Une boucle d'oreille vielle de 2000 ans retrouvée sur un site archéologique de la Cité de David à JérusalemLes fouilles archéologiques dans la ville de Jérusalem aboutissent chaque année à des découvertes toujours plus surprenantes. L’une des plus récentes est une boucle d’oreille datant de plus de deux millénaires qui a été découverte dans la Cité de David. Près d’un an après, la trouvaille a été finalement présentée à la presse et suscite de nombreuses interrogations.

Une boucle d’oreille de style grec

L’objet découvert est fabriqué en or et a l’apparence de la tête d’un animal doté de cornes. A  ce stade, il est encore difficile de dire s’il appartenait à un homme ou à une femme et quelle était la religion du propriétaire. Cependant, au vu la qualité du matériau avec lequel il a été fabriqué et ses autres caractéristiques, tout porte à croire que ce dernier appartenait à la haute classe de l’époque.

Une découverte inédite

Les chercheurs ne s’attendaient sûrement pas à découvrir un tel bijou dans la cité de David, et plus précisément au niveau du Mont du Temple, où était construit le temple juif de Jérusalem ravagé par les Romains en 70. Cette découverte ouvre donc un nouveau débat sur la composition de la population de Jérusalem à cette époque. Jusqu’ici, les scientifiques considéraient qu’à cette période, la ville était très conservatrice et n’autorisait pas la présence d’objets venus d’ailleurs sur son territoire. Pour l’heure, il est trop tôt pour réfuter totalement cette théorie, mais de nombreuses questions sont en suspens et pourraient orienter les recherches au cours des prochaines années.

Une région hautement touristique au cœur du conflit israélo-palestinien

La Cité de David où cette boucle a été découverte, est l’un des sites les plus visités d’Israël. Elle est située dans le quartier palestinien de Silwan et accueille chaque année plus de 500 000 touristes parmi lesquels figurent aussi bien des Israéliens, que des excursions pédagogiques et des pèlerins. C’est le lieu idéal pour découvrir l’histoire du peuple d’Israël depuis sa réunification par le roi David.

Pour visiter les lieux, pas besoin d’un guide. Il suffit d’ouvrir sa Bible et de se laisser guider par les différents récits. De nombreuses reliques peuvent être admirées sur les lieux. Mais en dehors de son potentiel touristique immense, la Cité De David est également le site historique qui a fait l’objet du plus grand nombre de fouilles en Terre Sainte. Depuis les années 1900, il a en effet accueilli 17 campagnes qui ont été pour la plupart financées par l’association Elad. Essentiellement composée de juifs américains, d’organismes publics et privés israéliens, cette dernière a pour but d’augmenter la présence juive dans la partie Est de Jérusalem qui appartient officiellement à la Palestine. Officiellement, elle justifie sa présence par le fait que le complexe touristique se situe sur les reliques de la cité qui a été bâtie par le roi David.

Des chercheurs israéliens fabriquent une bière du temps des Pharaons

La levure de bière des Pharaons vieille de 3000 ans trouvée dans des jarres dans le NéguevDes chercheurs israéliens ont réussi à fabriquer une bière similaire à ce que buvaient les pharaons il y a plus de 3000 ans. En effet, ces chercheurs ont réussi à extraire de la levure d’anciennes jarres destinées à la fabrication de la bière. Une première réalisée grâce au travail de trois universités. Cette bière a été faite à partir d’ingrédients anciens. Les scientifiques ont trouvé ces levures au fond de jarres découvertes dans le désert du Néguev. Ces jarres étaient dans des sites archéologiques au sud du pays. Lors d’une conférence de presse les scientifiques ont fait déguster cette bière ancestrale aux journalistes.

Une bière à la levure vielle de 3000 ans

Les chercheurs ont trouvé au fond des jarres une levure vieille de 3000 ans. Pourtant, ce n’est pas la levure la plus vieille sur laquelle ils ont mis la main. Par le passé, ils ont trouvé de la levure de 5000 ans d’âge ! Selon les scientifiques, la bière est constituée de blé, de levure et d’eau. A l’époque, il n’y avait pas de conservateurs ni de substances aromatisantes. Ils ont tout fait pour que la saveur soit à l’identique que celle dont buvaient les pharaons. Côté saveur, les journalistes qui ont assisté à la conférence ont dégusté cette bière et ont apprécié la saveur. Aren Maeir, archéologue de l’université de Bar-Ilan, a fait une pointe d’humour en déclarant “soit tout se passera bien, soit nous serons tous morts dans cinq minutes. Nous avons survécu et nous sommes là pour raconter cette histoire“.

La vidéo ci-dessous vous permettra de voir la présentation de cette bière ancestrale. La mousse et la couleur de cette bière donne envie de la gouter comme l’ont fait les journaliste présents lors de cet événement médiatique.

Les chercheurs israéliens à l’origine de cette trouvaille espèrent un jour pouvoir commercialiser cette bière vieille de 3000 ans. Ainsi, avec des recettes antiques, les consommateurs pourront peut être un jour déguster cette bière ancestrale devant un match de football sur smartphone. Affaire à suivre.

Concours Eurovision 2019 en Israel : un succès salué par le monde entier

Concours de l'Eurovision 2019 remporté par le Hollandais Duncan LaurenceL’Eurovision 2019 est terminé et l’heure est au bilan. Autant dire que ce fut un des plus grands si ce n’est le plus grand événement jamais réalisé depuis l’existence de l’Eurovision. En effet, grâce à la victoire de Neta Barzilai lors du concours de l’Eurovision 2018 à Lisbonne (Portugal) en 2018, Israel a organisé la version 2019.

Pour la 64ième édition de ce concours, Israel a mis les petits plats dans les grands tant pour accueillir les milliers de touristes que pour en mettre plein la vue aux 200 millions de téléspectateurs. Le show fut au rendez-vous et tout s’est déroulé comme sur du papier à musique. Autant dire que les membres du BDS qui ont eu le courage de regarder l’Eurovision devant leur télé ont eu de fortes crises d’urticaire.

L’Eurovision 2019 en Israel fut un succès planétaire et salué par la presse internationale.

Eurovision Village sur la promenade de Tel Aviv : un lieu à couper le souffle

Pour vivre le concours de l’Eurovision comme il se doit, il fallait se rendre à l’Eurovision Village qui se tenait devant l’Hôtel David Intercontinental de Tel Aviv. Des dizaines voire des centaines de milliers de personnes se sont données rendez-vous sur cet espace super encadré par tous les corps de sécurité (police, police des frontières, gardes de sécurité privé, etc). Il y avait des stands de falafel, sushis, kabab et bien d’autres spécialités indienne, thaïlandaise et française et j’en passe.

Des stands à perte de vue. Probablement, 70 voir 100 stands accueillaient les gens dans une ambiance bon enfant et des DJ venus des 4 coins de la planète se relayaient aux platines. Sur le plan financier, les stands ont décroché le jackpot notamment le chef Haim Cohen avec son restaurant Yaffo-Tel Aviv qui a fait un carton plein.

Cet événement en a mis plein la vue aux touristes venant principalement d’Europe (ou Australie et Russie) pour soutenir leur candidat. Le climat idéal permet de fêter comme il se doit se type d’événement ce qui n’est pas donné à bien d’autres pays européens. Nous avons eu le plaisir de discuter avec des touristes italiens, français, anglais et portugais.Certains d’entre eux sont de vrais fans de l’Eurovision et assistent au concours chaque année. Tous s’accordent à dire que ce fut le meilleur Eurovision auquel ils ont assisté. L’heure était à la fête à Tel Aviv et locaux et touristes ont partagé des moments uniques.

Show inoubliable un peu gaché par des actes politiques

Une vidéo de Neta Barzilai aux commandes d’un avion El Al ouvrait les festivités. Une organisation au millimètre près parfaitement mise en place par des spécialistes de l’événementiel. Les 4 maîtres de cérémonies Erez Tal, Assi Azar et les sublimes Lucy Ayoub et Bar Refaeli ont parfaitement rempli leur mission. La présentation des chanteurs a mis en avant les magnifiques paysages et lieux à visiter en Israel via des vidéos notamment depuis des drones qui ont capturé des paysages à couper le souffle. Tout fut parfait. Le groupe islandais avait fait parler de lui avec ses positions pro palestiniennes et avait proposé à Benjamin Netanyahu de participer à un combat de lutte islandaise. C’est dire la bassesse d’esprit des membres du groupe Hatari. On s’attendait donc à ce qu’un clash vienne se produire en direct live. Ce ne fut pas lors de leur prestation sur scène mais lors des remises des points. Deux écharpes représentant le drapeau palestinien ont été montrés et la sécurité s’est empêchée de leur prendre. Ce fut un tollé international. Cet acte politique pourrait coûter cher à l’Islande qui ne devrait pas participer à l’édition 2020.

Quant à la prestation de Madonna, ce fut un échec retentissant. La chanteuse a chanté faux et sa performance vocale a été décriée par la presse internationale. Le Daily Mail a titré “Zéro pointé ! À l’Eurovision 2019, Madonna était aussi essoufflée qu’une mamie avec une prothèse au genou”. C’est dire. Madonna a repris Like a Virgin, et un extrait de son nouvel album, Future. La chanteuse s’est produite à Tel Aviv faisant fi aux pressions du BDS. Madonna habillée par Jean-Paul Gaultier a arboré un cache œil à la Moshe Dayan.

Quant à ses danseurs équipés d’un masques à gaz rappelaient les dures heures de la guerre du Golf. A la fin de sa représentation, un danseur avec un drapeau israelien au dos et une danseuse avec un drapeau palestinien se tenaient la main. Cette mise en scène n’a pas plus aux organisateurs et à l’European Broadcasting Union qui n’étaient pas au courant de cet acte politique. Là aussi, hormis la piètre performance de Madonna, la presse a tiré à boulets rouges sur la diva.

Enfin, les bookmakers avaient vu juste puisqu’ils donnaient gagnant le hollandais Duncan Laurence. Quant à Kobi Marimi, il occupe la 23ième place, un classement décevant pour une performance de grande qualité. Rendez-vous en 2020 à Amsterdam pour la 65ième édition de l’Eurovision 2020.

Le Tombeau des Rois : les garanties exigées par la France

Le gouvernement français veut des garanties avant la réouverture du Tombeau des Rois à JérusalemDans le quartier Est de Jérusalem, à la jonction de la rue Saladin et de la route de Naplouse, rien n’indique que derrière une porte en fer se cache un endroit unique au monde : le Tombeau des rois, une bâtisse qui date de plus de 2000 ans. Le site, qui est une propriété de la France depuis 1886, a fait l’objet d’importants travaux de rénovation. Mais avant qu’il ne soit à nouveau ouvert au public, la France exige des garanties.

Un endroit unique en Israël

Le Tombeau des rois est l’un des plus importants sites touristiques en Israël, situés hors de la Vieille ville. Il a été découvert en 1860 par l’archéologue français Jean-Baptiste Humbert. Trois ans plus tard, Félicien de Saulcy, l’un des plus grands noms de l’archéologie biblique, y a mené des recherches qui indiquaient que le site abritait les reliques des rois David et Salomon. Mais plusieurs fouilles archéologiques ont démontré quelques années plus tard que cette hypothèse n’était pas vérifiée. Le site abriterait plutôt le tombeau de la reine Hélène d’Adiabène, un royaume situé en Mésopotamie, l’actuel Kurdistan.

Cette dernière se serait converti au judaïsme 30 ans environ apr. J.-C. et aurait fait de ce lieu le sépulcre de sa dynastie. Le nom « Tombeau des rois » a été tout de même conservé et plusieurs autres théories ont encore remis en cause cette hypothèse. Toutefois, tout le monde s’accorde sur la beauté architecturale du site.

Les prières et les protestations des juifs orthodoxes

Le Tombeau des Rois est un lieu saint pour les juifs et ces derniers commencent à donner de la voix afin d’y avoir accès à nouveau. L’un de leurs groupes, conduit par le rabbin Zalman Grossman, vient même manifester deux fois par semaine devant la porte depuis décembre 2018. Ils sont soutenus par de nombreux groupes israéliens, ainsi que par des autorités politiques et religieuses tels que le ministère israélien des Affaires religieuses et Shlomo Amar, le grand rabbin de Jérusalem.

Les garanties exigées avant la réouverture

L’emplacement du Tombeau des rois est très sensible. En effet, il est situé dans la partie palestinienne de Jérusalem, l’une des régions au cœur du conflit israélo-palestinien. Le fait de laisser les juifs y prier pourrait donc provoquer des tensions, perturber les relations entre la France et la Palestine et faire de ce site touristique, un site purement religieux. Par ailleurs, la souveraineté française sur le Tombeau des rois a déjà été remise en cause devant le tribunal rabbinique en 2015 par Yitzhak Mamo et Yaakov Saltzman. Afin d’éviter une situation similaire à l’avenir, la France exige qu’avant la réouverture, l’État hébreu reconnaisse officiellement que le site est une propriété française et que de nouvelles poursuites judiciaires ne soient pas engagées.

Enfin, il faut remarquer que le drapeau français flotte sur trois autres lieux saints en Israël : l’Église Sainte-Anne, le Monastère bénédictin d’Abu Gosh et le Monastère de l’Eléona.

La sonde israélienne Bereshit 1 s’écrase à quelques mètres de la lune

La sonde Bereshit 1 tout proche de la Lune avant ses problèmes techniquesComme plusieurs autres grandes nations, Israël ambitionne de voir son drapeau flotter sur la lune. En marge des projets portés par le gouvernement à travers son agence spatiale, d’autres projets portés par des ingénieurs et techniciens d’entreprises privées sont également consacrés à la réalisation de cet objectif. C’est le cas du projet Bereshit (ou Beresheet en anglais), du nom d’une sonde spatiale récemment envoyée dans l’espace afin de réaliser la toute première exploration lunaire sous le drapeau israélien. Malheureusement, tout ne s’est pas vraiment déroulé comme prévu.

Un concours, un rêve…

Tout a commencé avec un concours qui a été organisé par la Fondation X Prize sous le parrainage de Google. Ce concours avait pour ambition de récompenser l’équipe d’ingénieurs qui réussirait à envoyer un robot qui réussirait à parcourir au moins 500 mètres sur la surface de la lune pour envoyer sur terre des images, des vidéos en haute résolution et des données. La récompense prévue à cet effet était de 20 millions de dollars. Malheureusement, le concours a été clôturé le 31 mars 2018 sans qu’aucune équipe n’ait pu relever le défi.

Mais du côté d’Israël, l’équipe qui était engagée dans la compétition a choisi de poursuivre son rêve. Ses recherches ont fini par aboutir et le 22 février 2019, la sonde spatiale Bereshit (qui signifie « Au commencent » en hébreu) a pu décoller pour l’espace depuis l’État de Floride aux États-Unis. Elle était équipée d’un magnétomètre, d’une caméra et d’un rétroréflecteur pour permettre aux équipes sur terre de mesurer la distance qui sépare la lune de la terre. Soutenue par le gouvernement israélien, l’objectif principal de cette mission était d’inscrire le nom d’Israël sur la liste très restreinte des pays ayant réussi à faire atterrir un robot sur la lune. Pour le moment, seuls la Russie, les États-Unis et la Chine ont réussi cette prouesse.

Une panne de moteur à la dernière minute

Bereshit était tout proche d’accomplir sa mission. Les ingénieurs avaient même réussi à trouver une surface idéale pour l’alunissage du robot sans qu’il ne soit détruit par les fortes températures des jours lunaires. C’était au niveau de la mer de la Sérénite, une plaine qui se trouve dans l’hémisphère nord de la Lune. L’alunissage était prévu pour le jeudi 11 avril à 22 heures. Malheureusement, les équipes ont perdu le contrôle de l’appareil en raison d’une panne majeure subie par le moteur lors de son entrée en orbite. La sonde s’est donc écrasée sur le sol lunaire, non sans avoir envoyé quelques photos après ce crash.

Bereshit 2 : un projet déjà en marche

Morris Kahn, le principal bailleur de ce projet, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. 72 heures après l’échec de la mission Bereshit 1, le riche homme d’affaires israélien né en Afrique du Sud a annoncé qu’une équipe se réunira rapidement afin de mener à terme la mission en développant une nouvelle sonde : Bereshit 2. De son côté, l’entreprise Israël Aerospace Industries annonce qu’elle sera également parmi les acteurs principaux de cette nouvelle aventure.

SpaceIL, la société privée qui a piloté le projet initial, compte, pour sa part, mettre en place des actions de sensibilisation à l’endroit des enfants et des jeunes afin qu’ils s’intéressent plus à la science. Quant au 1er ministre israélien, Benyamin Netanyahou, il a déclaré vouloir mettre en place un programme spatial pour le pays.

Les bains dans la mer Morte, pour guérir le psoriasis

La mer Morte un médicament naturel pour guérir du psoriasisSite incontournable lors d’un voyage en Israël, la mer Morte est un patrimoine naturel assez particulier du pays. Visitée depuis plus de 2000 ans, elle est célèbre pour les nombreux sites géologiques et historiques qui se trouvent autour, mais aussi et surtout pour les nombreuses vertus thérapeutiques que l’on attribue à ses eaux et sa boue.

Le point le plus bas du globe

La mer Morte se situe au point le plus bas de la terre à plus de 400 mètres en dessous du niveau de la mer. En longeant ses rives, on peut se rendre à Jérusalem, la ville trois fois sainte, sur le mont des Oliviers, ou encore au désert de Judée, le lieu où Jésus a été tenté par le diable après 40 jours de jeûne et de prières. Le décor est absolument impressionnant le long de ces routes. On peut admirer à travers les vitres du bus ou de la voiture, un paysage aux allures uniques alternant entre collines, dattiers et caravanes de chameaux conduits par les Bédouins vivant dans la région.

Un site fréquenté depuis l’antiquité

La mer Morte attire chaque année des milliers de touristes, car elle est considérée comme le plus grand spa naturel au monde. Mais cet engouement n’est pas nouveau ; il remonte à l’Antiquité. En effet, la légende raconte que la reine Cléopâtre serait tombée amoureuse des nombreuses vertus de ces eaux et venait régulièrement s’y baigner. Plusieurs prophètes et rois en ont également fait l’un de leurs endroits de détente favoris. Et pour cause.

Les eaux de la mer Morte, possèdent en effet une impressionnante concentration en minéraux divers. Selon diverses études, elles renferment seize fois plus de potassium, trente-six fois plus de calcium, trente fois plus de magnésium et trois fois plus de sodium que la mer Méditerranée. Toutes choses qui confèrent à ces eaux des propriétés curatives avérées contre les problèmes de santé liés à la vue, aux articulations, aux voies respiratoires et à la peau.

Guérir du psoriasis grâce aux eaux de la mer Morte

Le psoriasis est une maladie qui se manifeste par des inflammations qui apparaissent sur la peau et ont la forme d’écailles blanches. Il peut toucher plusieurs endroits tels que les coudes, le cuir chevelu, la plante des pieds, la paume des mains et les genoux. Dans certains cas, il peut être très douloureux et créer une gêne important sur le plan social. Il existe sous plusieurs formes et les traitements à base de crèmes ne garantissent pas une élimination définitive des plaques.

Pour les personnes qui en souffrent, des bains dans les eaux de la mer Morte sont particulièrement bénéfiques. Ils peuvent vous en débarrasser totalement. Le traitement recommandé dure deux semaines avec des bains de soleil, de mer et de boue chaude, auxquels sont généralement associés des massages et des soins d’aromathérapie. Les traitements sont proposés sur place, à Ein Gedi. L’avis de votre médecin et une surveillance médicale sont toutefois recommandés pour cette thérapie naturelle.

Petite escapade au cœur de Tel-Aviv, entre Bauhaus et art de rue

Architecture Bauhaus a Tel AvivAlors que Jérusalem, ses lieux saints et son histoire très pieuse donnent à Israël, l’image d’une destination stricte et ultraorthodoxe, Tel-Aviv, va carrément à l’opposé. Plus moderne, plus tolérante, et surtout beaucoup plus animée, la capitale économique d’Israël a tout de la destination balnéaire par excellence. Ses immenses gratte-ciel bordant la Méditerranée, ses nombreux commerces, mais aussi son art de vivre détonent assez clairement avec l’atmosphère de la ville sainte, dont elle n’est pourtant distante que de 45 minutes.

Et dans les rues de celle que ses habitants surnomment « la bulle », la joie de vivre et la beauté sont au rendez-vous.

Douceur et nonchalance à l’orientale

A quelques centaines de mètres des plages très animées, c’est une Tel-Aviv un peu plus lente qu’on découvre à l’intérieur des terres. A pied ou à vélo, les quartiers de la ville se dévoilent, chacun avec ses petites particularités architecturales et son style de vie. Votre escapade peut ainsi commencer par le quartier de Neve Tzedek, surnommé le « Petit Paris », en raison des nombreux expatriés français qui y résident. Dans le quartier, les petites boutiques de design, cafés-restos, les galeries d’art et le centre de danse contemporaine Suzanne Dellal offrent une large palette de divertissements.

Le boulevard Rothschild, temple du Bauhaus

Mais une balade dans Tel-Aviv n’en est pas une tant que l’on ne s’est pas aventuré sur le boulevard Rothschild. L’immense artère bordée de sycomores regorge en effet de l’un des principaux joyaux architecturaux d’Israël : le Bauhaus. Né au début du XXème siècle à Weimar, ce mouvement architectural moderniste a pris ses quartiers dans la ville israélienne entre 1930 et 1950 ; années au cours desquelles plus de 4 000 immeubles de ce style y ont été érigés, constituant le plus grand ensemble architectural Bauhaus du monde.

Inscrit au patrimoine de l’Unesco, l’ensemble affiche avec élégance, ses façades blanches et ses balcons arrondis, dans le quartier Bialik, réputé pour son marché du Camel. Pour une visite encore plus enrichissante, l’idéal est d’opter par l’une des visites guidées organisées par le Centre Bauhaus Dizengoff.

Graffitis et art de rue

L’autre quartier de Tel-Aviv à découvrir absolument est le quartier de Florentine. Ici, l’art se décline sous ses formes les plus crues, aussi bien à travers des galeries d’art alternatives que dans la rue, sur les murs couverts de graffitis. Plusieurs échoppes de mode vintage et des magasins de friperie sont également ouverts pour les chineurs invétérés. Mais c’est bel et bien le street-art et la véritable jungle graphique qui est créé ici qui captent à tous les coups le regard.

Bien entendu, ce ne sont là que quelques-uns des nombreux trésors dont regorgent les quartiers de Tel-Aviv la bouillonnante. Celle que certains comparent à raison avec Miami, est en effet un véritable melting-pot où se tiennent régulièrement de nombreux événements festifs et culturels. Si vous visitez Israël, n’hésitez donc pas à réserver quelques jours de votre séjour pour découvrir, ne serait-ce que certains de ses atouts.

Load More Posts